Cellules myométriales

38 résultat(s) en 0.03 s

  • Cellules myométriales  
    Cellules myométriales
    1995102302
    Cellules myométriales sortant d'un explant (biopsie). Des cellules trés allongées sortent de l'explant (à droite du champ). Les cellules extérieures à l'explant possèdent de grands prolongements, qui explorent continuellement l'environnement et établissent des contacts entre cellules (déjà sorties et dans l'explant). Les cellules ont souvent leur grand axe parallèle et établissent de nombreux contacts. En fin de prise de vues, les cellules se retrouvent groupées à gauche du champ. Une cellule rentre à nouveau dans l'explant vers l'image 800 en haut à droite, vers l'image 1000, en bas à droite. Pas ou très peu de cellules dans la partie gauche : présence de route cellulaire. (Titre original : sortie concertation réunion de cellules myométriales.)
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales  
    Cellules myométriales
    1995102001
    Cellules myométriales sortant d'un explant (biopsie). A droite du champ, quelques cellules allongées sortent de l'explant. Les cellules extérieures à l'explant possèdent de grands prolongements, qui explorent continuellement l'environnement, établissent des contacts entre les cellules (déjà sorties, et dans l'explant). On observe également de petites cellules d'une grande mobilité, très réfringentes, généralement en contact avec les cellules allongées. Certaines cellules allongées, grandes, réintègrent l'explant par décrochage brusque avec les sites d'adhérence de la lamelle de verre (image 200). Le pourtour de l'explant s'appauvrit en cellules (une division vers i700). Vers l?image 1400 et plus, les cellules perdent leur sites d'accrochage et décrochent du plafond de la microchambre. Le décrochage se fait par groupes cellulaires (signal ou morts simultanées ?) Une cellule rentre à nouveau dans l'explant vers l'image 800, en haut à droite, et vers l?image 1000, en bas à droite. Pas ou très peu de cellules dans la partie gauche supérieure et inférieure du champ : notion de route cellulaire.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995052401
    Cellules myométriales (explant de 17 jours), sur feuillet de silicone, et soumises à l'action d'Adénosine Monophosphate cyclique. Le nombre de plis augmente avec l'action de l'Adénosine ; (10 - 4M) à l'image 230 (soit 9 s) ; réversion à l'image 1680 (soit 67 s). (Adénosine Monophosphate cyclique ; intermédiaire essentiel dans les voies de transduction intracellulaires : 8-bromo-AMPc.)
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995052301
    Cellules myométriales (explant de 17 jours) sur support de silicone, soumises à l'action d'Adénosine Monophosphate cyclique. Augmentation du nombre de plis avec l'Adénosine : tous les plis sont parallèles entre eux, et perpendiculaires à l'axe cellulaire ; image 300 (12 s de projection) : ajout d'Adénosine (5.10 - 4M) ; image 2028 (83 s de projection) : réversion : changement de milieu (5 ml). (Adénosine Monophosphate cyclique ; intermédiaire essentiel dans les voies de transduction intracellulaires : 8-bromo-AMPc.)
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales  
    Cellules myométriales
    1995052201
    Cellules myométriales (explant de 17 jours), soumises à l'action d'Adénosine Monophosphate cyclique. L'Adénosine diminue les mouvements de membranes ainsi que le déplacement cellulaire, bien visible en passage rapide. (Adénosine Monophosphate cyclique ; intermédiaire essentiel dans les voies de transduction intracellulaires : 8-bromo-AMPc.)
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales  
    Cellules myométriales
    1995051801
    Cellules myométriales (explant de 17 jours). Des cellules arrivent sur le plancher de la chambre de Rose et s'y installent. Elles prennent la forme « oeuf sur le plat », avec émission de boules cytoplasmiques (0 à 3 h) ; puis formation de membranes ondulantes (3 h à 4,5 h) en même temps que de la forme cercle elles passent à la forme fuseau (4,5 à 8 h), puis se déplacent. Même phénomène pour le groupe de cellule à gauche, mais légèrement différé.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995051701
    Cellules myométriales (explant de 17 jours), sur feuillet de silicone. Changements d'accrochage en fonction du déplacement cellulaire. La forme fuseau est stable, en particulier la queue du fuseau. Des zones spécifiques (tête triangulaire et queue allongée) ont des sites d'accrochage qui se retrouvent après déplacement de la cellule.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales  
    Cellules myométriales
    1995051602
    Multicouches de cellules myométriales (explant de 17 jours) sur verre, soumises à l'action endothéline. Plan général. Le champ est complexe, très fournit en cellules. Les cellules se distinguent par la présence et les déplacements des noyaux. L'endothéline semble immobiliser ou ralentir les déplacements cellulaires et les mouvements membranaires. Belles mitoses et mouvements de noyaux.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995051601
    Cellules myométriales (explant de 17 jours), sur feuillet de silicone, et soumises à l'action d'endothéline. Le nombre de plis induits par l'accrochage des cellules diminue avec l'action de l'endothéline et réaugmente avec l'antagoniste. Les cellules se déplacent très peu. Après 216 images (soit 8 s de projection) : action de l'endothéline (1.10-7 µM dans 5ml de milieu). Après 4 h 15 d'action (images 730-735, soit après 29 s de projection), changement de milieu (antagoniste BQ 123 5.10-7 µM dans 5 ml de milieu).
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995051501
    Cellules myométriales (explant de 17 jours), sur feuillet de silicone, et soumises à l'action de chlorure de potassium (KCl). Après 2 h 30 (image 210, soit 8 s de projection), action du KCL (50 mMl). Après 3 h 30 d'action (image 725, soit 29 s de projection), réversion par 5 ml de milieu. Profonds changements dans les directions des plis de tensions dès l'action du KCL. Changement de champ et de grossissement (16x) lors de la réversion.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995051101
    Cellules myométriales (explant de 17 jours) sur feuillet de silicone, soumises à l'action d' Adénosine Monophosphate cyclique. Après 1 h (image 300), soit 12 s d'action de l'Adénosine et recadrage progressif. Après 5 h d'action (image 1800), soit 72 s : changement de milieu (5 ml de milieu pour la réversion). Les plis, témoins des accrochages forts des cellules sur le silicone, sont plus abondants avec l'Adénosine. (Adénosine Monophosphate cyclique ; intermédiaire essentiel dans les voies de transduction intracellulaires : 8-bromo-AMPc [5.10-4 µM].)
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales  
    Cellules myométriales
    1995051002
    Cellules myométriales (explant de 17 jours). Après 7 heures de contact, les cellules sont encore étalées sur le substrat : elle se dégagent petit à petit et prennent une forme allongée (fuseau) ; la mobilité cellulaire augmente.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales  
    Cellules myométriales
    1995051001
    Cellules myométriales (explant de 17 jours). 2 cellules accrochées sur le support de verre. De l'image 0 à 800, la cellule inférieure étalée en cercle sur le support montre une activité membranaire extraordinaire, en même temps que le corps cellulaire s'étale avec des mouvements d'ondes concentriques centripètes (2 à 3). Les 2 cellules se rejoignent et, lors du recadrage (image 800), un groupe de cellules formant un amas monocouche apparait et contacte les 2 cellules. Notez les ondes centripètes sur le bord de l'amas cellulaire.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales  
    Cellules myométriales
    1995041302
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) sur verre. Tranche de vie de 30 h avec action d'endothéline (après l'image 200), qui à long terme cause une rétraction des cellules sur elles-mêmes; d'où l'apparition d'espaces intercellulaires ; les cellules s'allongent et glissent les unes sur les autres.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales  
    Cellules myométriales
    1995041301
    Cellules myométriales humaines provenant d'un explant de myomètre (obtenu après hystérectomie) cultivé pendant 23 jours. Après trypsination, les cellules sont mises en culture. Lorsque la subculture est âgée de 13 jours, les cellules sont filmées pendant 1 jour et demi. A l'image 200, de l'endothéline (5.10-7 M) est ajoutée, avec pour effets : glissements des cellules les unes sur les autres et contraction (les cellules se ramassent sur elles-mêmes).
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales  
    Cellules myométriales
    1995041001
    Cellules myométriales (explant de 17 jours), soumises à l'action de chlorure de potassium (KCl). Tranche de vie de 2 jours d'une subculture âgée de 10 jours. Le champ est rempli de cellules allongées orientées sud-est nord-ouest. La mobilité des cellules tant au niveau intracellulaire que cellulaire est faible. Peu de mouvements de membranes. A l'image 220, du milieu contenant du chlorure de potassium (KCl ; 50 mM) est introduit dans la chambre ; les cellules restent immobiles jusque vers l'image 900 (7 h d'action du KCl) ; quelques cellules glissent les unes sur les autres et s'individualisent : la limite entre 2 cellules devient visible (espace vide). Leur mouvement devient de plus en plus évident (image 1500, soit plus de 10 h) ; la fluidité cytoplasmique dans la région périnucléaire augmente et la surface d'occupation au sol des cellules diminue sensiblement ; des pans entiers de cytoplasme se contractent et peuvent se décrocher (image 2300, soit plus de 16 h). Nous sommes en microscopie droite. La réversion (lavage) est immédiatement suivie d'une expansion cellulaire, sensible pendant les 40 premières images (1 à 2 h). Puis conquête de l'espace intercellulaire par les mêmes mouvements cytoplasmiques. A la fin de la prise de vues (plus de 66 h), l'espace initial occupé par les cellules n'a pas été récupéré (-25%).
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995031612
    Cellules myométriales humaines (explant de 23 jours) en culture secondaire de 6 jours, sur feuillet de silicone. 3 cellules accrochées au feuillet de silicone qui est constamment remanié. L'adjonction de chlorure de potassium (KCl) (dépolarisation de la membrane cellulaire) crée un grand changement des sites d'accrochage et donc un bouleversement des plis de la nappe de silicone. Plan américain. Changements dès l'action du KCl (image 650). Les plis sur la cellule, au centre en bas du champ, se défont (en 5 à 10 images) et se refont selon une autre orientation : le centre de la cellule forme des "smocks". La tension induite par ces smocks crée des plis de centre de cellule à centre de cellule. (Sous-titre original: coup de tabac sur une nappe de silicone.)
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995031502
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) en culture de 5 jours, sur feuillet de silicone. Après 2 h de prise de vues (image 200), le milieu de culture est remplacé par du milieu contenant du chlorure de potassium (KCl ; 50 mM). Les plis du feuillet de silicone deviennent préférentiellement perpendiculaires à l'axe longitudinal de la cellule ; les plis se multiplient. A partir de l'image 1000, les cellules ne semblent plus en très bon état.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995031501
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) en culture de 5 jours sur feuillet de silicone. Après 6 h de prise de vues (700 images), le milieu de culture est changé ; il contient du chlorure de potassium (KCl ; 50 mM). Sous l'effet du KCl, les zones de tension créatrices de plis diminuent et deviennent perpendiculaires à l'axe longitudinal de la cellule.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995030601
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) en culture de 4 jours accrochées à un feuillet de silicone et y induisant de nombreux plis. Plans moyens (3 plongées) : la mise au point et le champ (qui glisse) changent constamment, dans une nappe en remaniement permanent. Les plissés ont pour épicentre de formation les zones où se trouvent les cellules (plissés petits et serrés). 2 types de changements : changements brusques (toute une zone change ses appuis au niveau de la cellule) ; changements plus doux : seuls quelques plis se font et se défont. Un glissé apparait dès la première plongée : la nappe de silicone ne reste pas accrochée à la lamelle de verre.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995030301
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) en culture de 24 h, sur feuillet de silicone. Plan sur fond noir; faible grossissement. Évolution des plis du support silicone sur lequel sont accrochées les cellules. Au cours de la prise de vues, ces plis vont se multiplier et la partie droite du champ se remplir : les plis sont de plus en plus nombreux, en continuel remaniements ; quelques remaniements globaux (adhérence d'une cellule) apparaissent plus brutalement.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995030224
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) en culture secondaire, sur feuillet de silicone. Accrochage de cellules sur le feuillet de silicone et formation de plis en fonction des tensions que le cytosquelette induit sur les protéines transmembranaires liées au système d'adhésion sur le support. Plan moyen. La prise de vues démarre lors de l'arrivée des cellules sur le support de silicone. Les cellules s'accrochent en passant par la forme « oeuf sur le plat » et induisent rapidement des plis sur le silicone à partir de la zone cellulaire centrale et non de la zone hyaline périphérique. Les zones d'accrochage source de tension sont en perpétuel mouvement, en même temps que la forme cellulaire évolue. Au fur et à mesure de la prise de vues, le nombre de cellule augmente et avec lui la complexité des plis. Les zones froissement ou "smocks" sont formées vers l'image 800 et plus soit après 7 à 8 h de culture. Les tensions au niveau du support silicone augmentent et occasionnent des ruptures des liens avec certaines cellules (vers l'image 1700).
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995030214
    Cellules myométriales humaines (explant de 23 jours) en culture, sur un feuillet de silicone. Les cellules arrivent sur le feuillet de silicone où elles induisent de nombreux plis par tension de la silicone polymérisée. Plan moyen. La prise de vues démarre lors de l'arrivée des cellules sur le support silicone. Les cellules s'accrochent en passant par la forme « oeuf sur le plat » et induisent rapidement des plis sur le silicone à partir de la zone cellulaire centrale et non de la zone hyaline périphérique. Les zones d'accrochage source de tension sont en perpétuel mouvement, en même temps que la forme cellulaire évolue. Au fur et à mesure de la prise de vues, le nombre de cellules augmente et avec lui la complexité des plis. Les zones de froissement (ou "smocks") sont formées vers l'image 800 et plus, soit après 7 à 8 h de culture. Les tensions au niveau du support silicone augmentent et occasionnent des ruptures des liens avec certaines cellules (vers l'image 1700).
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995030204
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) sur feuillet de silicone. La prise de vues démarre lors de l'arrivée des cellules sur le support de silicone. Les cellules s'accrochent en passant par la forme « oeuf sur le plat » et induisent rapidement des plis sur le silicone à partir de la zone cellulaire centrale et non de la zone hyaline périphérique. Les zones d'accrochage source de tension sont en perpétuel mouvement en même temps que la forme cellulaire évolue. Au fur et à mesure de la prise de vues, le nombre de cellules augmente et avec lui la complexité des plis. Les zones froissement ou "smocks" sont formées vers l'image 800 et plus, soit après 7 à 8 heures de culture. Les tensions au niveau du support silicone augmentent et occasionnent des ruptures des liens avec certaines cellules (vers l'image 1700).
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995030203
    Cellules myométriales (explant de 23 jours), sur feuillet de silicone. Les cellules arrivent sur le support et induisent en s'y accrochant de nombreux plis, témoignant de la tension qu'exercent certaines zones d'accrochage. Au fur et à mesure de la prise de vues, les plis sont de plus en plus importants, et on distingue bien les zones cellulaires (plis très petits et serrés : smocks) des zones sans cellules, où les plis (d'une zone cellulaire à l'autre) sont longs et amples. Un glissement apparaît relativement vite et permet un balayage du support silicone.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995030202
    Cellules myométriales humaines (explant de 23 jours) en culture secondaire de 7 jours, sur feuillet de silicone, et soumises à l'action d'endothéline. Interactions entre les cellules myometriales et le feuillet de silicone sur lequel elles sont cultivées. Plan américain. La déformabilité du silicone met bien en évidence les zones de tensions générées par les cellules. Vers l'image 200, le milieu de culture contient de l'endothéline (10-7 µM en final). Les mouvements des plis générés autour de la cellule centrale semblent plus lents, plus majestueux, plus fluides. Les transformations rapides reprennent vers l'image 450 soit, environ 2 h après le changement de milieu. Succession de changements de plis jusqu'à la fin de la prise de vues. Les plis sont centrés sur une cellule.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995030201
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) en culture de 7 jours sur un feuillet de silicone. En fonction des zones d'accrochage des cellules et des tensions exercées sur ces zones, des plis se forment et se déforment dans le champ. Les 500 premières images montrent très bien les zones de tension mises en place par les cellules sur le silicone. Le mouvement des cellules est en concordance avec le drapé du feuillet.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995022701
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) en culture de 4 jours, fixées et évoluant sur un feuillet de silicone durant 12 h. Les mouvements des zones d'adhérence des cellules sur le feuillet de silicone sont mis en évidence par de jolis drapés qui changent en fonction du mouvement des cellules. Celles-ci sont toujours au centre de plis qui partent en étoiles autour des cellules. Vers l'image 300 et plus, un groupe de cellules aménage le feuillet de silicone puis s'en détache pour glisser dessus sans établir de liens suffisamment solides pour plisser ce dernier. La 2° moitié de la prise de vues est floue (mouvement du film de silicone).
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995022301
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) sur feuillet de silicone. La prise de vues démarre avec l'arrivée des cellules. Très vite, le feuillet de silicone glisse en entrainant les cellules qui l'ont plissées.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS

  • Cellules myométriales sur silicone  
    Cellules myométriales sur silicone
    1995022001
    Cellules myométriales (explant de 23 jours) en culture de 4 jours sur feuillet de silicone. 2 à 3 cellules et leurs rapports avec le feuillet de silicone sous-jacent ; variations du feuillet en réponse aux mouvements de la cellule.
    11/09/2008
    Inserm/CNRS

      Inserm/CNRS