Science/Fiction : voyage au coeur du vivant Photomontages

84 result(s) in 6 ms

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51483
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. On distingue sur ce cliché de petits cristaux de carbonate de calcium, appelés otoconies - littéralement "poussières d'oreille". Localisées dans une membrane, dite otoconiale, elles reposent sur un tissu constitué notamment de cellules ciliées aux structures filamentaires caractéristiques. Les otoconies servent au bon fonctionnement du système vestibulaire de l'oreille interne. Elles assurent, avec le système visuel et le système proprioceptif, l'équilibre. Lorsqu'elles se détachent, nous souffrons de vertiges. © Sans, Alain / Les Indes noires. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51484
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Ces deux papillons ou chauves-souris en plein vol sont en réalité une image de l'oreille interne de la souris âgée de dix jours. L'os a une taille normale à gauche, alors qu'il a une taille réduite à droite. Dans ce dernier cas, la souris est porteuse d'une mutation affectant un gène du développement. © Topilko, Piotr / Les Enfants du capitaine Grant. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51485
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Rhumes et rhinites allergiques nous montrent à l'envi que les muqueuses tapissant nos cavités nasales ne sont pas à l'abri d'agressions par des agents extérieurs. Ici, une muqueuse nasale présentant des signes inflammatoires avec la production de mucus filamenteux. © Guilhaume, Anne / Voyage au centre de la Terre. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51486
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Sur cette image de l'épithélium vestibulaire, on distingue les cellules sensorielles (amas en bas) et les touffes de stéréocils. Les seconds, situés sur l'extrémité des premières, baignent dans les liquides contenus dans les cavités de l'oreille interne. L'ensemble est en contact avec les cellules nerveuses afférentes, afin de transmettre les signaux sensoriels au cerveau. © Demêmes, Danielle / Voyage au centre de la Terre. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51487
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Quelles sont ces étranges broussailles ? Des photorécepteurs de la rétine de grenouille. Grâce à eux, les photons du rayonnement lumineux ambiant sont perçus et interprétés. Selon l'organisation de ces photorécepteurs, chaque espèce développe sa propre sensibilité à la lumière. Certaines excellent en vision nocturne, diurne, aérienne, aquatique� selon le biotope, ou écosystème, dans lequel évoluent les individus. © Nguyen-Legros, Jeanine / Kéraban le têtu. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51488
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. L'organe de Corti, situé à l'intérieur de la cochlée (appelée aussi le limaçon), fait partie de l'oreille interne. Véritable zone sensorielle auditive, il contient des cellules spécialisées, qui transforment les vibrations sonores en stimuli nerveux acheminés vers le cerveau pour être interprétés. Sur ce cliché du tunnel de Corti on distingue au premier plan les piliers, dits aussi cellules de soutien. © Lenoir, Marc / Les Indes noires. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51489
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Le myélome multiple est un cancer de la moelle osseuse, qui touche initialement les plasmocytes du système immunitaire et prolifère dans les os. Cette image en microscopie à balayage montre une cellule cancéreuse (myélomateuse) adhérant à une lignée d'ostéoblastes, des cellules contribuant à former la face interne et externe des os. © Bataille, Régis / Cinq semaines en Ballon. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51490
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Les cellules ciliées tapissent les voies aériennes supérieures : fosses nasales, cavité buccale, cavum, pharynx et larynx. On observe sur cette image une cellule du sinus. Elles permettent de réchauffer et d'humidifier l'air inspiré, tout en le débarrassant de ses impuretés. Certaines maladies rares, comme la dyskinésie ciliaire primitive, se traduisent par un dysfonctionnement de cette fonction d'épuration mucociliaire, ce qui entraîne au niveau nasal encombrement du mucus, inflammations et infections (sinusites), voire perte de l'odorat. © Arbeille, Brigitte / Vingt mille lieues sous les mers. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51491
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Une sinusite chronique provoque l'abrasion de l'épithélium. Ce tissu, constitué de cellules jointives, repose lui-même sur une lame basale permettant l'adhérence des cellules épithéliales au tissu conjonctif. Sur cette image, seules quelques cellules indifférenciées subsistent sur la lame basale. Cette dernière est un réseau complexe de protéines (comme la laminine, le collagène, les protéoglycanes) formant le support de l'épithélium. Elle est ici " mise à nu " par la perte d'adhérence des cellules qui la tapissent normalement. © Arbeille, Brigitte / Hector Servadac. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51492
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Ce feu d'artifice illustre en fait un combat en cours : celui des cellules endothéliales infectées depuis quatre heures par du méningocoque (en bleu). En vert et en rouge, deux protéines sont également visibles, l'actine et la paxilline. © Eugène, Emmanuel / Les Cinq cents millions de la Bégum. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51493
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. La cryofracture est un procédé technique utilisé pour observer au microscope électronique à transmission (MET) des échantillons biologiques dont l'état d'origine est fluide. Après avoir été vitrifié à une température de -170 °C ou de - 200 °C, l'échantillon est fracturé. Ces lignes de fracture rendent possible une observation de zones qui, sans ce procédé, resteraient inaccessibles. Cette image présente une cryofracture de l'épithélium du corps ciliaire de l'�il. Cet épithélium tapisse la chambre postérieure de l'�il et participe à l'élaboration de l'humeur aqueuse qui maintient la pression intra-oculaire et la forme du globe oculaire. © Hirsch, Michel / Voyages et aventures du capitaine Hatteras. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51494
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Transparente, composée de plusieurs couches de cellules, la cornée a la forme d'une calotte sphérique. Elle est située à la surface de nos yeux et laisse passer la lumière en infléchissant son rayonnement. Cette vue en microscope en lumière polarisée en montre un détail. © Savoldelli, Michèle / Michel Strogoff. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51495
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Les cellules dendritiques, appelées aussi macrophagocytes, remplissent un rôle de nettoyage de nos cellules mortes et autres débris microscopiques dont notre organisme abonde. Elles possèdent en outre des caractéristiques propres, leur permettant notamment de stimuler la réponse immunitaire de l'organisme. Cette image présente des cellules dendritiques cutanées en culture. On les retrouve dans l'épiderme (cellules de Langerhans) comme dans le derme (cellules dendritiques interstitielles). © Dezutter-Dambuyant, Colette / Le pays des fourrures. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51496
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Formant la hanche et structurant le bassin, l'os iliaque peut être déformé, comme dans le cas de la maladie de Paget entraînant des résorptions-reconstructions anarchiques. L'analyse au microscope après coupe et coloration est alors riche d'enseignement. On observe ici en vert l'os minéralisé ; en brun et jaune, le tissu pré-osseux (ostéoïde) récemment formé, fabriqué par les ostéoblastes ; en rouge vif, les cellules ostéoclastes qui résorbent l'os. © Roux, Jean-Paul / Mathias Sandorf. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51497
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Cette image en lumière polarisée présente une odontodysplasie. Il s'agit d'une malformation dentaire, appelée aussi "dent fantôme", caractérisée par une calcification de l'émail et de la pulpe dentaire. © Kerebel, Bertrand / Mathias Sandorf. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51498
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Les drosophiles (ou mouches du vinaigre) femelles possèdent des ovaires, formés d'un ensemble d'unités fonctionnelles appelées les ovarioles. Chaque ovariole est à son tour constituée d'une succession de follicules, émergeant les uns après les autres sur un axe, formant comme un chapelet de perles. Les plus petites, situées aux extrémités, sont les plus jeunes. © Desset, Sophie & Vaury, Chantal / Les Indes noires. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51499
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. La drosophile ou mouche du vinaigre (Drosophilia melanogaster) est une star des modèles animaux de laboratoire, depuis les premiers travaux de Thomas Hunt Morgan en 1906. Cette photo détaille les testicules d'un mâle. Pourquoi travailler sur une mouche? Parce que l'homme et la drosophile partagent un grand nombre de mécanismes moléculaires et cellulaires fondamentaux. © Desset, Sophie & Vaury, Chantal / Voyage au centre de la Terre. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51500
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Les cellules gliales sont essentielles au bon fonctionnement des neurones. Elles assurent à ces derniers nutrition et protection de leur environnement chimique et électrique. On voit ici des cultures primaires de cellules gliales de rats, localisées par marquage fluorescent des filaments de la GFAP (Glial Fibrillary Acidic Protein). Ces filaments apparaissent en vert, le noyau de la cellule en bleu, un second messager (appelé ERK-1) en orange. Ce dernier est notamment en charge du contrôle de la prolifération cellulaire. © Debeir, Thomas / Deux Ans de vacances. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51501
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Dans l'oreille interne, la cochlée contient les récepteurs de l'audition : c'est elle le véritable organe de l'ouïe. On l'appelle aussi limaçon, en raison de sa forme caractéristique en spirale qui évoque une coquille d'escargot. Cette image de microscopie électronique à balayage montre la cochlée d'un cobaye. © Guilhaume, Anne / Kéraban le têtu. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51502
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Ce magnifique dégradé de couleurs vives résulte d'un triple marquage dans des cellules embryonnaires de souris. Il permet à l'observateur de distinguer le noyau (en bleu), les microtubules (en vert) et les plaques d'adhésion (en rouge). © Saoudi, Yasmina / Vingt mille lieues sous les mers. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51503
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Cette cellule embryonnaire de souris révèle ses structures intimes par la coloration : en bleu, le noyau abritant les chromosomes ; en vert, les microtubules formant le squelette cellulaire (cytosquelette) ; en rouge, les plaques d'adhésion qui fixent la cellule sur la matrice extracellulaire. © Saoudi, Yasmina / Vingt mille lieues sous les mers. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51504
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Anneaux colorés : Quelles sont ces lueurs dans l'obscurité ? Les contours d'un groupe de cinq cellules d'un embryon de poisson zèbre à différents moments de l'embryogenèse. On peut suivre l'évolution des cellules dans le temps : en vert, le plus récent ; en rouge, le plus ancien. Étoile verte : Dans certaines pathologies comme la sclérose en plaques ou la maladie d'Alzheimer, les neurones meurent. Leur place vacante est parfois occupée par un autre type de cellule nerveuse, les astrocytes (en vert), ainsi nommés en raison de leur forme étoilée. Ils sont dits "hypertrophiques" dans cette phase de prolifération. © David, Nicolas / Peyrin, Jean-Michel / Vingt mille lieues sous les mers. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51505
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Chaque néphron, unité fonctionnelle du rein assurant le rôle de filtre du sang, contient un glomérule et un tubule. On voit ici un glomérule rénal souffrant de surcharge lipidique. Elle peut entraver le fonctionnement du glomérule et affaiblir toute la fonction rénale. © Blanc-Brunat, Nelly / Le pays des fourrures. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51506
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Dans toutes les cellules du corps, on trouve des mitochondries et des ribosomes. Les premières sont de petites centrales énergétiques, qui assurent la respiration de la cellule et diverses réactions chimiques. Les seconds sont indispensables à la lecture des ARN qui portent l'information en provenance des gènes. © Le Goascogne, Claude / Robur le conquérant. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51507
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Si le rein joue un rôle non négligeable dans la régulation de la pression artérielle, c'est en grande partie grâce à la rénine. Cette enzyme secrétée par l'organe fait partie du système rénine-angiotensine-aldostérone. Cette image présente des cristaux de rénine humaine en lumière polarisée. © Mornon, Jean-Paul / Les Enfants du capitaine Grant. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51508
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Les erreurs ont parfois du bon : cette magnifique spirale évoquant un puissant vortex est en réalité un artefact d'imagerie, dû à une entrée d'air lors d'une prise de vue réalisée au microscope électronique en transmission (MET). Inventée par Max Knoll et Ernst Ruska, respectivement ingénieur électricien et physicien - ce dernier obtiendra le prix Nobel de physique en 1986 -, cette technique de microscopie permet d'obtenir une image dont la résolution peut atteindre 0,8 angström (1 angström = 1 × 10-10 mètres). Il permet en outre d'analyser la composition chimique d'un échantillon grâce au rayonnement X résultant du faisceau électronique. © Breton-Gorius, Janine / Edgard Poe et ses œuvres. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51509
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. La périartérite noueuse (PAN) est une maladie rare, touchant environ une personne sur 33 000. Elle se caractérise par une inflammation de certains vaisseaux sanguins - sur cette image, les vaisseaux de la rétine. Les organes les plus souvent atteints sont la peau, les reins, le système nerveux, le tube digestif, le cœur et les muscles. La mauvaise irrigation sanguine due à l'inflammation se traduit par un amaigrissement, une grande fatigue et des douleurs plus ou moins localisées. © Guillevin, Loïc / Les Enfants du capitaine Grant. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51510
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. La cobalamine ou vitamine B12 est le cofacteur de deux types de réactions enzymatiques très courantes dans l'organisme : l'isomérisation, conversion d'une molécule en un isomère, de même formule brute mais de formule développée différente, et la transméthylation, transformation d'un groupe chimique méthyle dans une molécule. Elle joue un rôle important au niveau de l'hématopoïèse (production du sang) et du système nerveux. © CEIV-Roche / Vingt mille lieues sous les mers. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51511
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Le calciférol ne vous est pas inconnu, mais sous un autre nom : c'est la vitamine D, qui existe sous cinq formes différentes. Elle permet notamment l'absorption du calcium et du phosphore, indispensable pour la minéralisation des os. Les enfants en croissance ou les personnes âgées doivent donc prendre garde aux carences. © CEIV-Roche / Les Indes noires. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

  • Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    Science/Fiction : voyage au coeur du vivant
    51512
    Photomontage de l'exposition "Science/Fiction : voyage au coeur du vivant" mêlant des photos scientifiques et des gravures des romans de Jules Verne. Ce réseau mystérieux de cavités est un os trabéculaire. Aussi appelé os spongieux, il constitue environ 20 % de la masse osseuse, les 80 % restants étant formés par l'os cortical ou os compact. On voit ici l'architecture trabéculaire des travées osseuses, qui joue un rôle important dans la résistance mécanique de l'os. © Boivin, Georges / Voyage au centre de la Terre. Jules Verne-Musée Jules Verne-Ville de Nantes.
    07/29/2011
    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric

    Inserm/Musée Jules Verne-Ville de Nantes/Dehausse, Eric